Qui va là d'après Emmanuel Darley avec Thierry de Pina

 


Abimé, le regard parfois hagard, l’œil vif souvent, Alexandre est un de ces laissés-pour-compte que l'on croise sans vraiment vouloir les voir le long de nos trottoirs.

Alexandre se souvient de ce jour ou papa est parti, lui laissant pour seule image le bruit des portes qui claquent, et le souvenir du rasoir posé sur le bord du lavabo.
Depuis, maman, la plus belle du monde, a assuré mais n'a plus jamais voulu en entendre parler. 
 
D'où est partie la chute ? On ne sera jamais vraiment, mais Alexandre s'est laissé glissé, dans les insomnies, dans les fugues à répétition, dans l’alcool.
 
Thierry de Pina humanise l'invisible et raconte ce que l'on ne voit pas derrière ces vies cabossées. 

Alexandre erre de gare en gare avec pour seul bagage un sac en plastique qui contient toute sa vie. De ses souvenirs, confus, il s'est construit une histoire à laquelle il s'accroche. 
L'espace de la scène devient l'espace mental d'Alexandre depuis lequel Thierry de Pina nous interpelle. Se noue alors un dialogue, une immersion dans un quotidien qui nous happe et nous bouleverse.
Le réalisme de la situation se mêle au discours troublé de cet homme qui ne sait plus trop pourquoi il en est arrivé là et qui s'accroche à cette figure de la mère qui n'est plus, seul repère certain dans son monde à la dérive.
 
Habité, entier, Thierry de Pina bouscule nos certitudes. Sans jamais prendre de haut le spectateur, jamais moralisateur, il a l’élégance de la bienveillance de son propos. 
Inquiétant, troublant, toujours juste, Thierry de Pina incarne le personnage d'Emmanuel Darley et nous emporte dans les eaux troubles de la défaillance et du désœuvrement.

Une performance bouleversante. 

 


 

 

Qui va là au Théo Théâtre

d'après Emmanuel Darley 
avec Thierry de Pina 
mis en scène par Collectif Ah le Zèbre !