Mademoiselle Palmer : épopée ordinaire, de Laura Lutard


Au Festival d'Avignon, à La Tâche d'Encre, 1 rue du tarasque, à 11 heures.

Mademoiselle Palmer erre dans la vie comme elle erre dans les mots, avec élégance et sensibilité. Son univers traverse le temps, des lieux, des cultures et se pose en instants.
Mademoiselle Palmer conte son voyage initiatique, une épopée ponctuée d'étapes importantes, faites de deuil, de souffrances mais aussi d'amour et de découvertes.

Elle ouvre la porte de la mémoire et commence son récit au moment de l'enfance, puis, le texte la suit jusqu'à ce qu'elle soit femme.
Chaque poème ponctue les étapes de son histoire dont elle accepte les échecs et assume les flottements et les doutes.
Elle est belle, fragile et intelligente.
Les tissus dont Mademoiselle Palmer se voilent semble représenter une étape, un événement qui toujours la font regarder plus en avant.
Elle se dévoile, comme elle dégrafe ses jupons, chaque fois un peu plus au fil du texte.
 
De sa fragilité et de sa lucidité Laura Lutard crée une parole, des textes qu'elle partage au monde.
Sa poésie est une chronologie de l'âme, profonde mais sans pour autant manquer de recul ni se pendre trop au sérieux, car après tout son épopée est une épopée ordinaire.
De l'ordinaire de la vie, des épreuves, des échecs et des réussites. 
 
Elle mêle ses vers à ceux de  Baudelaire, Césaire ou Hannah Arend et habille son texte de la musique de Cécile Evrot qui accompagne le récit .
Une chanson, un rythme, une parole.

Laura Lutard magnifie chaque instant et tout devient grâce.
Entre monologue, poésie et musique, Laura Lutard nous fait voyager et nous entraine avec douceur dans les méandres de son âme sensible et généreuse.



Mademoiselle Palmer : épopée ordinaire
De et avec : Laura Lutard
Musique originale: Cécile Evrot
Interprétation musicale 
Collaboration artistique : Camille Thomas
Costumes: Agathe Helbo
Décors et accessoires: Yohan Chemmoul-Barthélémy
Lumières: Pedro Jeremias Oliveira