Le Barbier de Séville de Gioachino Rossini




S’inspirant de la comédie de Beaumarchais, Rossini en conserve toute la fougue pour créer ce bouillonnant opera buffa. Originaire de Venise, berceau de la commedia dell’arte, Damiano Michieletto est sensible à la veine burlesque de la musique rossinienne. Il transpose l’action de cette « précaution inutile » dans une Séville contemporaine inspirée du cinéma d’Almodóvar. L’immeuble monumental de Bartolo, au sein duquel Figaro tourbillonne en électron libre, permet au metteur en scène de donner libre cours à son imagination déjantée.

Damiano Michieletto construit son décor telle une maison de poupée dans laquelle les personnages déambulent. Le dispositif impressionnant permet de voir les personnages évoluer indépendamment les uns des autres.
Dans chacune des pièces de l'immeuble les détails du décor démultiplient notre regard sans jamais évincer la performance de cette adaptation audacieuse et colorée.

S'inspirant de la Commedia del arte et du cinéma de Pédro Almodovar,Damiano Michieletto casse les codes et fait tourner les têtes.
Carlo Montanaro nous entrainent dans cette douce folie pleine de rebondissements, de stratagèmes et d'un dénouement heureux.



Il Barbiere di Siviglia by G. Rossini - Trailer :
https://youtu.be/bf1QqTz46dc

Crédit photos : Charles Duprat


l Barbiere di Siviglia, Opera buffa en deux actes (1816)
D'après Pierre-Augustin Caron de Beaumarchais
Musique: Gioacchino Rossini.
Livret : Cesare Sterbini.
Direction musicale :Carlo Montanaro.

Mise en scène : Damiano Michieletto.
Décors :Paolo Fantin.
Costumes : Silvia Aymonino.
Lumières : Fabio Barettin.
Chef des Choeurs : Alessandro Di Stefano.

Avec :
Il Conte d'Almaviva : Xabier Anduaga.
Bartolo : Carlo Lepore.
Rosina : Lisette Oropesa.
Figaro : Florian Sempey (11 au 20 jan.), lya Kutyukhin (22 jan au 12 fév.).
Basilio : Krzysztof Bączyk.
Fiorello : Tommaso Barea.
Berta : Marion Lebègue.
Un ufficiale : Bernard Arrieta.

Orchestre et Chœurs de l’Opéra national de Paris.

Production originale du Grand Théâtre de Genève.

Vu  à l'Opéra Bastille, le 7 février 2020