Beaucoup de bruit pour rien de William Shakespeare




Au Festival d'Avignon, à 20 heures 25 au Théâtre du Roi René.

Musique italienne, coupes de champagne, la troupe de Salomé Villiers et de Pierre Hélie joue à colin-maillard.
Ils sont jeunes, ils sont beaux, ils s’amusent. Une sirène retentit, le feu d’artifice festif se transforme en un bruit de canon qui sonne la fin du temps de l’innocence.
C’est la guerre.

Le temps passe et nos jeunes garçons reviennent du champ de bataille. Léonato donne un bal masqué en l’honneur de troupes de Don Pedro et de Don John, les deux frères auparavant fâchés.
Malgré la fête et les costumes somptueux, il semble pourtant que le temps de l‘insouciance soit définitivement révolu.

Tout n’est qu’image et faux-semblant derrière ces masques enchanteurs.
Don John trahit son frère.
Héro fille de Léonato est victime d’un complot et de la fausse rumeur dévastatrice.
Bénédict provoque son ami le comte Claudio en duel.
Bénédict et Béatrice tombent amoureux sous le charme d’un artifice.
Le titre de la pièce, Beaucoup de bruit pour rien, porte en effet bien son nom.
La vérité aura raison de la rumeur et tout rentrera rapidement dans l’ordre. Mais ces chamboulements, malgré la légèreté du ton de cette comédie romantique, laissent un goût amer.

Mais le cynisme et tout le tragique du complot sont sans cesse ébranlés par le comique des situations et par le ton vif de cette jeunesse, riche, belle, agréable à voir badiner et danser. 

 La musique contemporaine de Charles de Boisseguin et les costumes de Virginie H soulignent l’élégance des personnages et du monde dans lequel ils évoluent.
Les chorégraphies entre pas de deux et musique pop sont à l’image de la pièce rythmée et toujours enjouée.


Les anachronismes choisis par Salomé Villiers et Pierre Hélie rafraîchissent le texte de Shakespeare sans rien enlever de sa saveur.
La modernité de la mise en scène et du jeu des acteurs apporte un nouveau regard aux propos féministes de Béatrice ou à ceux désabusés de Bénédict.






Mise en scène : Salomé Villiers, Pierre Hélie
Interprète(s) : Arnaud Denis, Pierre Hélie, Clara Hesse, Éric Laugérias, ou Didier Niverd, Étienne Launay, Bertrand Mounier, François Nambot, Violaine Nouveau, Georges Vauraz, Salomé Villiers
Assistant mise en scène : Pierre-Louis Laugérias
Musique : Charles De Boisseguin
Scénographie : François Verdeau
Lumière : Denis Koransky
Costumes : Virginie H
Chorégraphie : Johan Nus