Discours d'investiture de la Présidente des Etats-Unis, Roger Lombardot


Mise en scène : Chantal Péninon

Interprété par : Claudine Guittet

Au Théâtre de la croisée des chemins






Entrer au Théâtre de la croisée des chemins est déjà une belle aventure en soi. Mahmoud Ktari nous ouvre les portes d'un théâtre à la programmation dont on sait qu'on sortira grandi. Et la première de ce soir n'a pas failli à la règle.

Discours d'investiture de la Présidente des États Unis. Tout un programme. Un programme politique au sens premier du terme, pas la politique partisane, mais la noble , celle qui régit nos lois de la cité, notre vivre ensemble.

De l'homme cruel à l'homme bon, le texte de Roger Lombardot a choisi son camp, son cri, son discours. Claudine Guittet seule en scène incarne ce désir d'humanité. '' Il est urgent que nous nous posions la question de savoir qui nous sommes et dans quel monde nous souhaitons vivre ''.

Claudine Guittet entre sur la scène, en peignoir, une tasse de thé à la main : elle s’apprête à prononcer son discours d'investiture.
Ce discours est tout d'abord une histoire, son histoire.

Elle nous conte son enfance, bienveillance et transmission façonneront la femme de conviction qu'elle est devenue.
Entourée d'adultes, elle apprendra de son grand père, et surtout de ses voisins Jim et Margareta.

Au rythme de La Cinquième Symphonie de Mahler, assise sur les genoux du vieux Jim, il lui racontera l'histoire : ' la grande. La terrible. Celle du vingtième siècle surtout '.
Il lui racontera l'Archiduc d'Autriche, assassiné à Sarajevo, l'horreur de Verdun, Charlot, Laurel et Hardy, Kroutchev, Hitler, Goethe, Charles Péguy...

Alors, riche de cette transmission et de cette maxime de Margareta : ' Lorsque dans ton coeur tout ira mal, tourne toi vers le monde ', elle étudiera la biologie puis la politique.
La complémentarité de ces deux disciplines devient une évidence : nous appartenons tous à la même espèce et c'est en acceptant nos similitudes que nous pourrons construire notre société.

'Dès lors que nous nous reconnaîtrons semblables et que cette reconnaissance supplantera les considérations de nationalité, de couleur, d'idéologie, de religion...nos relations se transformeront radicalement et nous pourrons envisager de construire une société authentiquement humaine.'

La présidente, seule en scène, s'habille, se maquille, se chausse. Elle est prête.
Son discours d'investiture est celui de sa vie, de ses convictions.
Il faut apprendre de notre histoire commune pour enfin créer une société heureuse en s'appuyant sur le pouvoir de la démocratie.





Un texte riche, intelligent , humain.comme devrait être la politique.