Tom Na Fazenda de Michel Marc Bouchard m.e.s. Rodrigo Portella


À la mort de son compagnon, Tom décide de se rendre dans la maison familiale de son défunt amant, rencontrer sa mère, sentir l’espace d’un instant encore un lien, un peu de la présence de cet homme qu’il a tant aimé.

Tom plonge alors dans un gouffre, un gouffre d’incompréhension qui le dresse face à cette femme qui ne sait rien de lui et ce frère, Francis, dont il découvre l’existence.

Lui, l’urbain moderne, publiciste aux costumes marqués Paul Smith ou Issey Miyake, se retrouve face à un monde étriqué, rempli de secrets, de non-dits violemment étouffés qui ont forgé les rapports familiaux.

Le décalage des sensibilités avec ce frère violent, renfrogné, crée alors une force d’attraction et de répulsion qui va mener la confrontation des deux hommes jusqu’à son paroxysme.

Rodrigo Portella met en scène le texte intense de Michel Marc Bouchard, Tom à la Ferme.
Édifiant une scénographie puissante, le metteur en scène brésilien concentre sa dramaturgie sur la confrontation violente et douloureuse des corps.
Les corps massifs des deux hommes vont alors se battre et se débattre dans cette arène de terre ocre que les seaux d’eau, la sueur, les larmes vont rendre boueuse, épaisse et visqueuse.
La terre sécrète ses salissures, imprégnant le moindre recoin de matière et de peau.
 
Armando Babaioff et Gustavo Rodrigues, magistraux, s’écorchent sur la terre de la ferme devenue un ring vaseux, une piste, où danse latine et lutte gréco-romaine se confondent en une chorégraphie âpre et éclatante.
Les deux acteurs, dans une intensité vertigineuse, déploient une sensualité sauvage et brutale magnifiée par cette boue qui enduit leur corps et le marque du sceau de l'infamie.
Francis impose son territoire et pénètre jusque dans l’esprit de Tom qui résiste à son homophobie hargneuse et destructrice.
 

Soraya Ravenle, Camila Nhary, figures féminines antagoniques, incarnent chacune le combat déséquilibré qui se joue à la ferme, celui du déni contre la vérité.

Rodrigo Portella transforme le subjectif de la haine en une matière palpable et suffocante.
Tom na Fazenda sert un propos avec grandeur et décortique jusque dans ces derniers retranchements le mécanisme de la violence homophobe.

Une adaptation essentielle, magistrale.

 

 

Teaser

 

Tom Na Fazenda de Michel Marc Bouchard à 21 heures La Manufacture dans le cadre du Festival d'Avignon 

Mise en scène : Rodrigo Portella
Interprète(s) : Armando Babaioff, Soraya Ravenle, Camila Nhary, Gustavo Rodrigues Quadrovivo Spectacle réalisé par quadrovivo
Direction de Production : Sérgio Saboya et Sílvio Batistela
Chargée de Diffusion : Séverine André-Liebaut
Chargé de Production : Alan Castelo 
 
Crédit photo : Victor Novaes
 
 
 
 
 
 
 
Sophie Trommelen, vu le 8 juillet 2022 à La Manufacture dans le cadre du Festival d'Avignon