Je ne suis pas de moi de Roland Dubillard

 



Maria Machado, sa compagne, et Charlotte Escamez, sa secrétaire littéraire, mettent en scène les Carnets en Marge de Roland Dubillard, journal intime de l'artiste. Pendant près de 50 ans de 1947 à 2003,  Roland Dubillard annotera ses pensées, ses rêveries, ses obsessions.
Maria Machado et Charlotte Escamez donnent corps à ce foisonnant corpus et nous plongent dans les méandres de la pensée d'un homme torturé.

Je ne suis pas de moi aurait pu s'intituler je ne suis pas d'un endroit.
Ce qui compte pour Roland Dubillard c'est le ici et maintenant, comment y faire face, comment s'y confronter.

Une coupe de champagne à la main, Denis Lavant et Samuel Mercer incarnent tous deux l'artiste à deux différents moments de sa vie.
Le poète et son double, jeune adulte, dialoguent, s'invectivent et se meuvent dans une dance de la rédemption impossible.

Denis Lavant explore avec son jeu si particulier l'univers poétique de Roland Dubillard. Denis Lavant a cette élégance de l'écorché vif, clown triste et désarticulé, il prête son corps à l'univers désabusé de l'artiste.
Samuel Mercer de son corps éveillé et élancé accompagne les acrobaties de son double, à l'écoute de ce moi à qui il semble redonner vie.
Le commencement et la fin s'accordent, se désaccordent et s'écoutent.

Accompagné par l'univers musical de Guillaume Tiger et l'univers visuel de Maya Mercer, l'artiste et son double évoluent dans la mémoire du poète, condamné à créer pour échapper à ses angoisses.

L'adaptation des Carnets en Marge de Roland Dubillard nous permettent d'accéder à l'univers intime et profond de l’artiste. Toute la poésie de ses mots écrits prend vie dans le geste et les mouvements acrobatiques de Denis Lavant et Samuel Mercer.
On a, c'est sûr, le sentiment qu'il va se passer quelque chose.
 
 
 
 
Je ne suis pas de moi, jusqu'au 23 juin, au Théâtre du Rond-Point.
 
 
Texte : Roland Dubillard
Adaptation et mise en scène : Maria Machado, Charlotte Escamez
Avec : Denis Lavant, Samuel Mercer
Design sonore : Guillaume Tiger
Lumière : Jean Ridereau
Vidéo : Maya Mercer
Chorégraphie : Julie Shanahan (Tanztheater Pina Bausch)
Décor : Didier Naert
Costumes : Agnès b
Stagiaire mise en scène : Eugénie Divry
Coordinatrice de production : Danièle Ridereau
Régie : Christian Lapaillote