Madame Zola de Annick Le Goff

© J. Stey

1908. Émile Zola entre au Panthéon, à côté de Victor Hugo.
Madame Zola, Alexandrine de son prénom, ouvre la porte de leur appartement. Elle revient de cet hommage posthume et s'adresse à son homme comme s'il pouvait l'entendre. Alexandrine retrace le parcours d'une vie à deux.

A travers le prisme de la vie d'Alexandrine Zola, Annick Le Goff conte la vie de l'écrivain, du couple qu'il forme avec Alexandrine et dessine aussi le portrait d'une époque.
Elle mêle une histoire intime et littéraire à la grande histoire.

Alexandrine, la petite lingère, a bâti une gloire avec son mari : 'Est ce que tu aurais été célèbre sans moi ? '.
L'Assommoir leur apportera le succès financier et assoira la notoriété de Zola.
Côte à côte. Ensemble.
Avec une générosité touchante, Catherine Arditi nous emporte dans cette histoire de la vie d'une femme forte, qui a toujours été aux cotés de son mari.
Une vie d'acceptation et de profond soutien.
C'est auprès de son apothicaire, M. Fleury, qu'elle s'épanche et qu'elle raconte. Venu soigner sa toux, il annonce les prémices de la psychanalyse. Il l'invite à s’allonger sur sa méridienne et l'écoute.

L'écriture subtile d'Annick Le Goff permet de cerner toute la complexité d'une femme qui a porté à bout de bras les tourments et les sacrifices d'une vie de l'ombre.

Du dialogue entre Catherine Arditi et Pierre Forest naît une profonde affection palpable dans leur intonation et dans leur attitude. L'alchimie opère.
La mise en scène d'Anouche Setbon ancre la pièce dans une réalité qui nous touche tous. D'une gloire extraordinaire, elle met en scène une vie qui parle à chacun.
Qu'elle parle de souffrances intimes ou de l'affaire Dreyfus, l'intensité est tout aussi palpable.

Catherine Arditi capte l’émotion et le recul d'une femme lucide, et porte la grâce d'une sagesse émouvante.
'Sans moi il n'y aurait pas d'Émile Zola'. Catherine Arditi convainc dans l'évocation de la vie de Madame Zola, faite d'acceptation et ... de bonheur !





Au Théâtre Montparnasse.



Avec: Catherine Arditi et Pierre Forest
De: Annick Le Goff
Mise en scène: Anouche Setbon
Scénographie: Oria Puppo
Costumes: Juliette Chanaud
Lumières: Laurent Béal
Musique: Michel Winogradoff
Assistante à la mise en scène: Sophie Gubri


Vu le 1 octobre 2019