Le Fantôme d'Aziyadé d'après Pierre Loti



Au Festival d’Avignon à 11 heures au Théâtre de la Reine Blanche.


Accompagné d’un dispositif minimaliste, un fauteuil, un micro et un ordinateur, Xavier Gallais nous emporte vers l’orient et ses charmes enivrants.
 Dans la pénombre il commence sa narration et nous envoûte d’une voix posée, douce et accueillante.

Florient Azoulay et Xavier Gallais adaptent les romans Aziyadé et Fantôme d’Orient de Pierre Loti en s’attachant à la sensualité du texte.
La rencontre charnelle des amants se fait au-delà des corps, le raffinement oriental se mêle aux mots de Pierre Loti. D’Aziyadé, la maîtresse tant désirée, il aurait voulu ‘manger le son de sa voix'.
Xavier Gallais sublime de sa voix suave cette rencontre improbable de deux amants liés à jamais.

Le Fantôme d’Aziyadé est aussi une histoire de temps. Le temps qui fut, le temps qui a passé, le temps de celui qui, impatient, court vers une destinée qu’il a dû abandonner quelques années auparavant.

Les images d’un orient sensuel aux charmes enivrants émanent de l’interprétation tout en retenue de Xavier Gallais.
L’imaginaire prend la place de tous les artifices devenus inutiles.

L’illustration sonore porte cet imaginaire sans diriger l’écoute. Elle ouvre les portes aux sens, laissant le spectateur errer librement dans son interprétation.
La musique électronique, tout en acoustique, correspond avec la musicalité de la voix de Xavier Gallais en un chatoiement de mot et de sonorités.

Xavier Gallais nous offre le récit d'un périple romanesque teinté d’une douce mélancolie apaisante. Un moment de grâce suspendu à travers les lignes de ces extraits choisis, comme une balade parmi les fantômes qui hantent ces souvenirs envoutants.



Adaptation et mise en scène : Florient Azoulay, Xavier Gallais
Interprète(s) : Xavier Gallais
Création sonore : Olivier Innocenti
Scénographie et création lumière : Luca Antonucci
Costumes : Delphine Treanton
Diffusion sonore et régie : Florent Dalmas